Accueil > Programmation > Fiche d'un concert
(plus d'information)

En cochant l'option « Partager ma sélection de spectacles », j’accepte que ma sélection de spectacles, mes commentaires ainsi que mon nom et ma photo soient visibles pour tous les visiteurs du site web du Festival International de Jazz de Montréal.

J’accepte aussi les termes et conditions générales d’utilisation du site web du Festival International de Jazz de Montréal.

Votre adresse de courriel courriel a été validée.

Votre adresse de courriel n'a pas été validée.

Avant que vos commentaires soient visibles pour les autres festivaliers, vous devez valider votre adresse de courriel.

Un message de confirmation est envoyé à l’adresse courriel lors de la création de votre compte. Veuillez cliquer sur le lien « Valider mon adresse de courriel » dans ce message. Vos commentaires pourront ensuite être vus par vos amis et les autres festivaliers.

Vous avez perdu ce message ? Cliquez ici pour recevoir ce message à nouveau.

En cochant cette case, j’accepte que mes commentaires soit aussi publiés sur mon compte Facebook.

Fermer
Archives du Festival
Fiche(s) d’artiste(s) :

Albert King , John Hammond

Partager :

Albert King

Première partie: John Hammond
L'année dernière ce fût Willie Dixon, cette fois-ci ce sera Albert King. Entre ces deux spectacles montréalais, un décès, celui de Muddy Waters. Ces trois musiciens, auteurs et compositeurs, symbolisent toute l'histoire du Blues de ces quinze dernières années et son impact sur le "Blues-boom" de 1966 à 1970. Si Mayall, les Stones, Fleetwood Mac et compagnie interprétaient à leurs façons les composi­tions de Willie Dixon et Muddy Waters, Peter Green, Eric Clapton, Mick Taylor, Elvin Bishop et bien d'autres guitaristes écoutaient atten­tivement le style d'Albert King sur cet instrument.

Ce dernier est originaire du Mississipi (comme la majo­rité des artistes de blues) où il naquit en 1924. Contraire­ment aux autres musiciens, il resta dans le Sud de nom­breuses années avant de se rendre à Chicago. En fait, c'est à St-Louis qu'il fit ses débuts professionnels; il y resta six ans avant d'enregis­trer à Memphis, pour la compagnie "Stax", le disque qui le rendra célèbre: "Born under a Bad Sign". Depuis, sa popularité n'a cessé de pro­gresser, surtout au cours des dernières années. Avec deux albums, récemment parus sur étiquette "Tomato", Albert King prouve, comme si cela était nécessaire, qu'il est parmi les grands dù Blues d'hier et d'aujourd'hui.

Si le guitariste-harmoniciste et chanteur de blues John Hammond avait simplement pensé devenir une super-star, cela aurait pu être grandement facilité par son père qui est le plus célèbre producteur de jazz et de blues. John Hammond père découvrit, en trois périodes différentes, Bessie Smith, Billie Holiday et Bob Dylan... John Hommond fils décide pourtant de faire carrière en-dehors du giron paternel.

Après avoir assidûment fré­quenté les musiciens de Chicago durant les années soixante, John Hammond participe au "blues-boom" de 1967 à 1969. De cette époque reste quelques albums sur étiquette Vanguard, très différents de ce qui se faisait chez Canned Heat, Fleet­wood Mac, Paul Butterfield et compagnie. John Hammond se démarque de ses illustres confrères par une production où la simplicité est la seule valeur.

Lorsque le cinéaste Arthur Penn lui confie en 1970 l'entière responsabilité de la bande musicale du film "Little Big Man", John Hammond en profite pour opérer un chan­gement radical dans sa carrière. Il va au bout du dépouillement et propose au réalisateur une bande où il est seul avec sa guitare, son harmonica et sa voix.

Ce changement entraînera une série de disques et de spectacles fort appréciés par le public et les grands chanteurs de blues, comme Luther Allison: "Vous savez pourquoi John Hammond est unique? Parce qu'il y croit. Il peut aller chercher tel ou tel disque pour rechercher tel ou tel genre de musique pour apprendre à jouer. Il a pensé au feeling il y a bien long­temps".

John Hammond, un artiste attachant qui, à contre cou­rant des autres, interprète les vieux blues d'Elmore James et Sonny Boy Williamson, en plus de ses propres compo­sitions.

Série C - Contrastes
samedi
2 juillet 1983

21 h 30
Spectrum de Montréal
AJOUTER À

PARTAGER
LÉGENDE : Sièges numérotés SIÈGES NUMÉROTÉS Admission générale ADMISSION GÉNÉRALE
Notez que le prix des billets inclut les taxes, les redevances ainsi que les frais d'administration.

Ajoutez ce concert à votre sélection personnalisée en cliquant sur le bouton « Mes Concerts » correspondant à l’horaire désiré.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Lien vers cette vidéo

Calendrier des concerts
juillet 1983
dim.lun.mar.mer.jeu.ven.sam.
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Aller au

Afficher la série