Accueil > Programmation > Fiche d'un concert
(plus d'information)

En cochant l'option « Partager ma sélection de spectacles », j’accepte que ma sélection de spectacles, mes commentaires ainsi que mon nom et ma photo soient visibles pour tous les visiteurs du site web du Festival International de Jazz de Montréal.

J’accepte aussi les termes et conditions générales d’utilisation du site web du Festival International de Jazz de Montréal.

Votre adresse de courriel courriel a été validée.

Votre adresse de courriel n'a pas été validée.

Avant que vos commentaires soient visibles pour les autres festivaliers, vous devez valider votre adresse de courriel.

Un message de confirmation est envoyé à l’adresse courriel lors de la création de votre compte. Veuillez cliquer sur le lien « Valider mon adresse de courriel » dans ce message. Vos commentaires pourront ensuite être vus par vos amis et les autres festivaliers.

Vous avez perdu ce message ? Cliquez ici pour recevoir ce message à nouveau.

En cochant cette case, j’accepte que mes commentaires soit aussi publiés sur mon compte Facebook.

Fermer
Archives du Festival
Fiche(s) d’artiste(s) :

Oliver Withehead , Zoot Sims

Partager :

Zoot Sims

Première partie: Oliver Whitehead

C'est au "Cherry Blossom", en plein coeur de Kansas City, que se déroula en 1934 le plus fameux "jam-ses­sions" de l'histoire du jazz. L'or­chestre de Fletcher Henderson ve­nait de terminer son concert; la vedette de cette formation, le saxo­phoniste Coleman Hawkins, était si épuisé qu'il s'assoupit dans l'anti­chambre du club. A l'époque, le style de Hawkins à la sonorité robuste et chaleureuse, dominait toute la corporation des saxes. De leurs côtés, Ben Webster, Hershell Evans et Lester Young, tous amateurs de batailles musicales, se donnèrent rendez-vous au "Cherry Blossom" pour provoquer celui qu'on sur­nommait le "Faucon". Une fois ré­veillé et averti de la présence sur scène des trois saxophonistes qui l'attendaient impatiemment, Coleman Hawkins s'empara de son ténor et gravit les marches de l'arrière-scène pour se joindre à ces imperti­nents. Aux dires des témoins, la bataille dura des heures avant que le jeu aéré et mélodique de Lester Young (qu'on surnomma "Prez" pour président) l'emporta pour la plus grande joie d'une foule trépidante, toujours avide de nouveaux héros.

Désormais, l'histoire du saxophone était double. Deux écoles allaient se confronter pendant des lustres jus­qu'à ce que le véritable gagnant de cette épique et légendaire joute se présenta sous les traits de John Haley Sims. Car il était écrit que le vainqueur serait celui qui transcen­derait cette anecdote, celui qui ferait la jonction entre deux styles, en apparence opposés. Ce qu'a réussi Zoot Sims, né à Inglewood (Cali­fornie) en 1925.

L'importance de cet artiste est capi­tale. Peu importe le découpage ex­haustif et précis de sa carrière, con­centrons-nous plutôt autour de quel­ques faits d'armes.

Tout d'abord, imaginons le studio de la compagnie "Prestige" 16 dé­cembre 1950: on y retrouve un pianiste, John Lewis, un contre­bassiste, Curly Russell, un batteur, Don Lamond et, bien entendu, Zoot Sims au saxophone. C'est la première fois qu'il enregistre comme leader. L'ingénieur du son fait un signe, et aussitôt les idées jaillissent de l'instrument, ponctuant le clas­sique "My Silent Love". On catalogue le musicien de digne héritier de Lester Young. Le style effectivement est très lyrique.

À la fin des années cinquante, Zoot Sims fait le circuit des clubs new- yorkais en compagnie de son ami le saxophoniste Al Cohn, qu'il rencon­tra en 1948 alors que tous deux évoluaient au sein du "big-band" de Woody Herman. La sonorité de Sims est plus rauque qu'auparavant; un disque, enregistré à cette époque avec le saxophoniste texan Booker Ervin, est très révélateur de cette évolution.Le 28 octobre 1977, dans le studio de R.C.A. à New-York, l'un des plus beaux disques de l'histoire s'enre­gistre. Les pièces sont choisies, en majorité, par le pianiste Jimmy Rowles. Ce merveilleux album "If I'm Lucky" nous révèle quel fabuleux artiste est Zoot Sims. C'est l'accou­plement parfait entre le lyrisme et la robustesse; les notes sont d'une telle limpidité qu'on se dit: "Mine de rien, voilà du grand Art". Et si vous avez des doutes, laissons un homme qui s'y connait en la matière conclure. Sonny Rollins: "Je me souviens d'un soir où je jouais au Birdland avec Miles Davis, en alternance avec un groupe comprenant Zoot, Stan Getz, Brew Moore; ce que faisaient ces types n'était pas mal du tout, mais Zoot était bien au-dessus des autres.

OLIVER WHITEHEAD

Tous les instrumentistes de cette formation évoluent dans le circuit jazzistique de l'Ontario. Dirigé par le guita­riste Olivier Whitehead, ce quintette regroupe des musi­ciens ayant une vaste expé­rience de la production radio­phonique et de l'enseigne­ment. Une musique à la croisée des chemins, c'est ce que propose le Olivier Whitehead Quintet.

Concerts Carlsberg
mercredi
6 juillet 1983

21 h
Scène Carlsberg
Angle rues St-Denis et Ontario
AJOUTER À

PARTAGER
LÉGENDE : Sièges numérotés SIÈGES NUMÉROTÉS Admission générale ADMISSION GÉNÉRALE
Notez que le prix des billets inclut les taxes, les redevances ainsi que les frais d'administration.

Ajoutez ce concert à votre sélection personnalisée en cliquant sur le bouton « Mes Concerts » correspondant à l’horaire désiré.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Lien vers cette vidéo

Calendrier des concerts
juillet 1983
dim.lun.mar.mer.jeu.ven.sam.
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Aller au

Afficher la série