Brian Setzer, Joe Cocker, George Thorogood, Steve Hill

Le rock

Formulée en 1951 par le DJ de Cleveland Alan Freed, l'expression rock'n'roll désigne le genre musical d'origine étatsunienne qui puise à même le blues des années 1940, le R&B, le gospel, le folk, le country et la musique des big bands de jazz. Il se caractérise, entre autres choses, par son recours aux guitares électriques, ses rythmes tribaux et ses mélodies reposant sur trois accords de base. Petit tour d'horizon d'un grand genre.

Le rock'n'roll est né

L'acte de naissance du rock'n'roll est millésimé 1951. Cette année-là, Jackie Brenston, saxophoniste des Kings of Rhythm d'Ike Turner, enregistre Rocket 88, titre redevable à Louis Jordan et Fats Domino, deux artistes, noirs tout comme Brenston, qui ont gagné leurs galons au cours des années qui précèdent.

Or, la ségrégation raciale qui sévit aux États-Unis à cette époque poussera l'industrie musicale à blanchir le rock'n'roll. Si certains, comme Chuck Berry, parviennent à se faire entendre à la radio, ce sont de jeunes chanteurs et musiciens blancs qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Le plus célèbre exemple : Elvis Presley, qui s'illustre en reprenant les enregistrements d'artistes noirs comme Big Mama Thornton (Hound Dog), Otis Blackwell (Don't Be Cruel) ou Wynonie Harris (Good Rockin' Tonight).

Fou, fou, fou

Bill Haley and the Comets sont les premiers rockeurs à s'illustrer sur la scène nationale grâce au simple Crazy, Man, Crazy (1953), qui sera notamment suivi des immortels Shake, Rattle and Roll (1954) et Rock Around the Clock (1955), qui trouve ses racines dans le swing des années 1940.

Wanda Jackson Croisement entre le rock'n'roll et la musique hillbilly, le rockabilly surgit à la même époque. Ce sous-genre très blanc a pour fers de lance Eddie Cochran, Carl Perkins, Buddy Holly, Gene Vincent, Jerry Lee Lewis et Wanda Jackson (7444).

Avec l'entrée en scène d'Esquerita et de Little Richard (Tutti Frutti, 1955;
Lucille, 1957), la nature sauvage et survoltée du rock'n'roll s'exprime pleinement. Ces deux pianistes-chanteurs flamboyants partagent un style que Jerry Lee Lewis imitera par la suite.

La guitare électrique : choc !

À la même époque, la guitare électronique détrône le piano et devient l'instrument phare du rock. Howlin' Wolf, Bo Diddley et Chuck Berry comptent parmi les premiers manipulateurs de six-cordes amplifiées. En 1958, Link Wray met au point la guitare fuzz. Sa composition instrumentale Rumble (1958) lance un nouveau style qu'adoptent également Duane Eddy (Rebel Rouser, 1958), puis les Ventures (Walk, Don't Run, 1960) et, en Angleterre cette fois, les Shadows (Apache, 1960).

Cette vague instrumentale donne naissance à la musique surf, genre californien établi en 1961 par Dick Dale (Misirlou), et popularisé par les Beach Boys (Surfin', Surfin' Safari, Surfin' U.S.A.) ainsi que Jan and Dan (Surf City), les Surfaris (Wipe Out) et les Trashmen (Surfin' Bird).

Du côté de l'Angleterre, au milieu des années 1950, la mode est au skiffle. Ce style est préconisé par Lonnie Donegan, dont la pièce Rock Island Line aura une influence sur certains groupes de Liverpool. Les Beatles, par exemple. Ceux-ci, à leurs débuts, empruntent aussi régulièrement des morceaux rock à Chuck Berry ou Little Richard.

À partir de 1964, les Rolling Stones (Little Red Rooster) et les Animals (Boom, Boom), qui s'inspirent des bluesmen noirs américains, s'imposent en Grande-Bretagne. À leur suite, les Kinks (You Really Got Me), les Who (My Generation, 1965) et les Yardbirds (Shapes of Things, 1966) se distinguent par un son plus lourd et plus mordant que celui de leurs contemporains. Certains voient en ces trois formations les précurseurs du heavy metal.

Ça déménage dans le garage

Aux États-Unis, à peu près à la même époque, une génération quasi spontanée de jeunes musiciens jette les bases d'un style baptisé « rock garage ». S'inspirant des groupes britanniques qui déferlent sur l'Amérique à partir de 1964, ils proposent une musique crue et directe, ancêtre du punk. Parmi les formations que l'histoire a retenues, mentionnons Count Five (Psychotic Reaction, 1966), les Strangeloves (I Want Candy, 1965), ? & the Mysterians (96 Tears, 1966), Paul Revere and the Raiders (Kicks, 1966) et The Music Machine (Talk Talk, 1966).

Sur la côte Ouest des États-Unis, folk-rock et rock psychédélique sont les saveurs à la mode. Dans ce créneau, les Byrds, les Doors, Love, Grateful Dead et Jefferson Airplane figurent parmi les artistes californiens les plus pertinents.

Lou Reed Pendant ce temps, sur la côte Est, le rock flirte avec l'avant-garde. Parrainé par le « pop-artiste » Andy Warhol, le Velvet Underground, avec à sa tête Lou Reed, exerce une influence indéniable sur toute une génération de musiciens. Le mouvement punk s'en réclamera 10 ans plus tard.

Année de grande effervescence, 1967 est marquée par le grand rassemblement de Monterey, en Californie, où se révèle l'as-guitariste Jimi Hendrix. En Angleterre, au même moment, les Beatles dévoilent Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, sommet du psychédélisme à l'anglaise. Pink Floyd, le temps de deux albums, et les Moody Blues, notamment avec Days of Future Passed, s'inscrivent dans cette mouvance.

Progression naturelle

Dans les années 1970, le Royaume-Uni voit fleurir le rock progressif, excroissance naturelle du psychédélisme, qui intègre également des notions de jazz et de musique classique. Cette musique complexe et épique est défendue par des formations comme Yes, King Crimson, Genesis ou encore Emerson, Lake and Palmer et Pink Floyd, avec l'ambitieux Dark Side of the Moon (1973). Au Canada, le trio Rush est le plus illustre représentant de ce sous-genre.

Récupérant certaines caractéristiques du prog, notamment son côté théâtral et androgyne, le glam rock vit ses 15 minutes de gloire au Royaume-Uni entre 1972 et 1975, avec David Bowie, Roxy Music, Sweet et T. Rex. Le style aura moins d'impact aux États-Unis. Arborant rouge à lèvres et bottes à talons hauts, les New York Dolls trouvent un public pointu au sein de l'underground new-yorkais et se greffent à la scène anti-establishment animée par les Ramones, Patti Smith, Blondie, Television, Talking Heads et Richard Hell.

Anarchie au Royaume-Uni

En rupture avec les grosses pointures de la scène progressive, le punk renoue avec l'immédiateté, l'énergie brute et la nature fougueuse du rock'n'roll des débuts. Ses protagonistes ne se gênent pas pour mener la charge contre toute forme d'autorité. En Angleterre, le punk s'exprimera avec plus de virulence qu'aux États-Unis. Provocateurs indécrottables, les Sex Pistols font scandale avec God Save the Queen et Anarchy in the U.K. La jeunesse voit ses préoccupations portées en musique par les Clash, Generation X (dont fait partie Billy Idol), Siouxsie and the Banshees, les Undertones et les Buzzcocks.

Au début des années 1980, le vent tourne : le punk est supplanté par la new wave, la guitare s'efface temporairement au profit des synthés. La pop de Duran Duran et Culture Club domine les palmarès, mais deux groupes reprennent le flambeau du rock et le brandissent bien haut, chacun à leur manière : The Police, qui triomphe en 1983 avec le disque Synchronicity, puis U2, dont les airs fédérateurs (New Year's Day, Sunday Bloody Sunday) rempliront bientôt les stades à travers le monde.

Classique, métallique et alternatif

Pendant ce temps, aux États-Unis, celui que les médias ont qualifié de sauveur du rock, presque 10 ans auparavant, lance le disque qui fait finalement de lui une mégastar : avec Born in the U.S.A. (1984), Bruce Springsteen remet le rock dit classique bien en selle. Parallèlement, le heavy metal gagne en popularité. Ozzy Osbourne, Van Halen, Def Leppard, Iron Maiden et Quiet Riot figurent parmi les porte-étendards de cette scène tonitruante.

D'autres groupes à guitares trouvent un public fervent, notamment au sein des campus universitaires. À défaut de pouvoir les associer à une esthétique ou à un style particulier, on rangera ainsi au rayon du rock alternatif les R.E.M., Sonic Youth, Hüsker Dü et autres Pixies, ainsi que leurs cousins anglais The Cure, The Smiths, The Jesus and Mary Chain et Echo & The Bunnymen, par exemple.

Ça sent le grunge

Nouveau coup de barre à la fin des années 1980. Né dans l'État de Washington, sur la côte Ouest américaine, le grunge se fait l'expression d'un sentiment anti-corporatif qui, paradoxalement, sera récupéré par l'industrie. Le groupe-phare de cette mouvance est Nirvana, qui remporte un vif succès avec la pièce Smells Like Teen Spirit, extrait du disque Nevermind (1991). Pearl Jam, Alice in Chains, Screaming Trees et Soundgarden comptent parmi les principaux représentants du mouvement.

À peu près à la même époque, au Royaume-Uni, la scène Britpop s'organise autour de jeunes groupes comme Blur, Oasis et Supergrass, qui s'inspirent des classiques des années 1960 et 1970, et revendiquent tout particulièrement l'héritage des Beatles et des Kinks.

Le rock est mort, vive le rock !

À la fin des années 1990, on annonce un peu partout la mort du rock – ce ne sera ni la première ni la dernière fois. L'émergence de l'électronica et la montée en puissance du DJ, ce nouveau héros, marquent le paysage musical. Mais au début du nouveau millénaire, le rock, tel le phénix, renaît une fois de plus de ses cendres grâce aux White Stripes, aux Strokes, à Franz Ferdinand et à quantité d'autres.

Enfin, comme si cela était nécessaire, offrons une preuve de plus de la pérennité du genre... presque 50 ans après leurs débuts, les Rolling Stones continuent de rouler leur bosse. Ces ex-ennemis publics no 1 frayent désormais avec le gratin politique de ce monde. Le rock n'est plus ce qu'il était, mais il a encore de l'avenir.

Du rock au Festival

Bob Dylan De nombreuses légendes du rock se sont produites au Festival International de Jazz de Montréal depuis le début des années 1980. L'édition 2010 est particulièrement féconde. Deux grands noms du rockabilly font particulièrement bonne impression. La chanteuse Wanda Jackson se produit à L'Astral et Brian Setzer, flanqué de son orchestre, se charge du spectacle d'ouverture sur la Place des Festivals.

Les festivaliers ont également pu assister aux prestations du groupe anglais The Moody Blues, du légendaire poète-rockeur new-yorkais Lou Reed, du chanteur Eric Burdon accompagné des Animals, des Doobie Brothers et de Steve Miller – réunis sur une seule et même affiche – ainsi que du combo montréalais The Besnard Lakes.

Un coup d'oeil dans le rétroviseur nous renseigne sur le passage d'autres rockeurs célèbres, parmi lesquels George Thorogood and the Destroyers (2001, 2004, 2007), l'immortel troubadour Bob Dylan (2007), le duo américain Steely Dan (2008), l'as de la six-cordes Jeff Beck (2009), le chanteur Joe Cocker (2009), l'auteur-compositeur Jackson Browne (2009) ainsi que les guitaristes québécois Steve Hill  (2009) et Olivier Langevin (2009).

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :