Accueil > Artistes > Dossiers thématiques > La musique folk
La musique folk

La musique folk

Apparu au 17e siècle aux États-Unis, le folk résulte du métissage de divers héritages musicaux et fait longtemps office de tradition orale. Son propos militant et engagé prend un tour poétique à partir des années 1960, sous l'influence d'auteurs comme Bob Dylan. Depuis, le genre a su se renouveler et se donner des airs contemporains.

Un outil de contestation

Si, par définition, la musique folk est l'affaire de tout peuple possédant une tradition musicale, le genre renvoie généralement à son incarnation américaine. Né du brassage des nombreuses communautés venues du vieux continent, le genre s'est progressivement singularisé et éloigné de son héritage européen.

Au commencement, le folk est une musique majoritairement acoustique dont le contenu est transmis oralement de génération en génération. Le genre sera associé plus étroitement au commentaire social à partir du début du 20e siècle.

Dans les années 1910, le chanteur Joe Hill, pionnier de la chanson syndicaliste, se sert du folk pour se faire entendre. Puis, à partir du milieu des années 1930, le chanteur et guitariste américain Woody Guthrie crée un répertoire protestataire remarqué. Il fondera ensuite The Almanac Singers avec le chanteur et banjoïste Pete Seeger.

Également à l'origine du groupe The Weavers, ce dernier jouera par ailleurs, pendant la période d'après-guerre, un rôle crucial dans l'épanouissement de la folk song contestataire, mêlant chansons traditionnelles et nouvelles mélodies. Parmi les autres artistes qui marquent l'époque, il importe de mentionner le chanteur noir Leadbelly, qui exercera une influence non négligeable sur Guthrie et Seeger.

Folk branché

Bob Dylan Dans les années 1960, le folk connaît une vive flambée de popularité dans les campus universitaires et atteint Greenwich Village, quartier intellectuel de New York. Il résonne aussi au Festival de Newport, qui lance quelques groupes de folk grand public comme le Kingston Trio et Peter, Paul & Mary.

Au cours de cette période féconde, la chanteuse Joan Baez, « reine du folk », affiche ouvertement ses allégeances politiques par le biais de chansons qui dénoncent la guerre et l'injustice sociale.

Forte d'une popularité certaine, elle ouvre la voie à Bob Dylan, à l'époque jeune disciple de Guthrie. Dylan, à son corps défendant, deviendra bientôt le porte-étendard du folk dans toute sa liberté d'expression, influencé par l'esprit de rébellion qui anime le rock'n'roll.

Leonard CohenÀ la même époque apparaissent des artistes folk de grand talent, comme Phil Ochs, Tom Paxton, Buffy Sainte-Marie et Leonard Cohen, qui rassemblent un public large et varié. Avec sa poésie unique et ses textes puissants, ce dernier constitue d'ailleurs l'un des plus talentueux auteurs-compositeurs-interprètes canadiens de tous les temps.

En 1965, le folk, qui n'échappe pas à la tendance rock et à l'essor du R&B britannique, met de côté son instrument fétiche, la guitare sèche, pour s'électrifier peu à peu. C'est la naissance du folk-rock, genre popularisé par The Byrds, qui reprend plusieurs compositions de Bob Dylan, et Simon & Garfunkel.

Évolution plutôt que révolution

James Taylor Durant les années 1970, on voit apparaître des songwriters d'ascendant folk-pop, dont les sujets de prédilection sont davantage personnels que sociaux. C'est l'époque des Joni Mitchell, Cat Stevens et James Taylor, sans oublier ceux qu'on oublie (Nick Drake, Tim Buckley…). Le genre s'efface un peu durant la décennie 1980, au profit de musiques plus synthétiques, mais on assiste tout de même à l'émergence de quelques artistes marquants, comme Suzanne Vega, Billy Bragg, Michelle Shocked et Tracy Chapman.

Les années 1990 sont caractérisées par la montée de ce qu'on appellera le folk alternatif. La figure de proue de cette mouvance s'appelle Ani DiFranco, artiste indépendante jusqu'au bout des ongles, qui créera sa propre étiquette, Righteous Babe. Le début du 21e siècle voit émerger de jeunes « folkistes » prolifiques comme Devendra Banhart, Iron & Wine, Fleet Foxes et Alela Diane, qui défendent chacun une vision bien personnelle du genre - souvent mâtinée de country, de roots, de R&B et de rock.

Pendant ce temps, au Canada

Patrick Watson Dans notre coin de pays, le folk continue de rayonner grâce au talent de jeunes artistes comme Martha Wainwright  et Patrick Watson. Ce dernier, un auteur-compositeur-interprète montréalais sensible et ingénieux, ne cesse de gravir les échelons depuis la sortie de son premier album en 2003.

Par ailleurs, la présence d'événements tels que le Winnipeg Folk Festival, qui a vu le jour en 1973, ainsi que la popularité d'une foule d'autres festivals canadiens (l'Edmonton Folk Music Festival, le Calgary Folk Festival, le Winterfolk à Toronto et le Vancouver Folk Music Festival) témoignent d'un intérêt soutenu pour le genre.

Le folk au Festival International de Jazz de Montréal

Beirut Dans le registre folk (au sens large du terme), impossible de passer sous silence le spectacle historique de Bob Dylan, en 2007. Puis, en 2008, les festivaliers ont eu droit à une série de concerts intimes du grand Leonard Cohen, qui s'est produit à la Place des Arts. La même année, James Taylor débarquait avec son Band of Legends pour livrer ses plus grands succès tels que Carolina in My Mind et You've Got a Friend.

Lors du 30e anniversaire du Festival, en 2009, on a eu le bonheur d'entendre le célèbre auteur-compositeur américain Jackson Browne, qui rendait sa première visite au Festival. Le groupe Beirut est venu défendre sa folk-pop aux accents balkaniques. On a aussi pu apprécier les musiciens locaux Jason Bajada et Patrick Watson, qui a livré un magnifique spectacle sous les étoiles.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :