Accueil > Artistes > Dossiers thématiques > La musique classique
Angèle Dubeau, Dave Brubeck, Wynton Marsalis, Howard Moody

La musique classique

L'expression « musique classique » englobe la quasi-totalité de la musique savante occidentale créée depuis la Renaissance. Aujourd'hui, le genre marie tradition et innovation. Résistant au temps, l'œuvre des Bach, Mozart, Beethoven et Vivaldi continue de vivre sur disque et sur scène. Parallèlement, le classique flirte avec l'avant-garde et tisse des liens avec la pop, le rock, le jazz et le blues.

Le Moyen Âge et la Renaissance

Les prémisses de la musique classique apparaissent dès le Moyen Âge, alors que les moines européens inventent la notation musicale. Puis, apparaissent respectivement les chants grégoriens, les polyphonies et les premiers troubadours. Ceux-ci gagnent la France vers le 12e siècle, propageant la musique profane.

Entre 1500 et 1600, l'Italie constitue l'épicentre de la culture musicale. La musique religieuse, les pièces pour orgue ou encore la musique vocale profane font la joie de la royauté et des membres de la bourgeoisie. L'invention de l'imprimerie musicale facilite la diffusion de la musique. Pierluigi da Palestrina et Josquin des Prés constituent deux grands compositeurs de l'époque.

Le baroque

Cette période, qui s'étend environ de 1600 à 1750, accouche du premier opéra, l'Orfeo de Monterverdi. Le style baroque – toutes disciplines artistiques confondues – mise sur l'exubérance et les effets dramatiques.

Les musiciens dépendent souvent de riches mécènes. À Venise, Antonio Vivaldi compose des opéras, des pièces pour orchestres et des concertos. Georg Haendel écrit pour sa part des opéras et des oratorios dont Le Messie.

Le plus célèbre compositeur de l'époque demeure le claveciniste et organiste allemand Johann Sebastian Bach. Génie de la musique, il est reconnu pour ses nombreuses œuvres sacrées, dont la Messe en si mineur et plus de 200 cantates.

La période classique 

La période classique apparaît vers 1750 et s'essouffle au début du 19e siècle. Elle ne représente qu'une mince partie des tendances que l'on range sous le vocable « musique classique ». La sonate, la symphonie et le quatuor à cordes s'y développent sous l'impulsion de légendaires compositeurs tels que les Autrichiens Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart – virtuose du clavecin qui se passe de présentation – et Franz Schubert. À cette mythique brochette de créateurs, il convient d'ajouter le grandissime Ludwig van Beethoven, dont les œuvres intenses – on pense à la 5e symphonie – se situent à mi-chemin entre le classicisme et le romantisme.

Le romantisme

Le 19e siècle artistique rime avec embrasement des passions. Le sentiment l'emporte sur la raison et l'on explore les remous du cœur et de l'âme avec une sensibilité à fleur de peau. Frédéric Chopin puise notamment dans les traditions musicales de sa Pologne natale, contribuant à l'avènement du nationalisme et des musiques folkloriques dans la musique savante européenne. Franz Liszt, autre grand compositeur et pianiste de l'époque, butine également au-delà des formes classiques, tout comme le symphoniste allemand Johannes Brahms.

Puis, le génie et la créativité des Hector Berlioz, Robert Schumann et Richard Wagner insuffleront au genre une richesse et un renouveau qui inspireront les générations futures.

20e siècle et musique contemporaine

Angèle Dubeau La musique classique s'est démocratisée et, dans les grandes capitales, plusieurs grands orchestres offrent des spectacles publics. Les compositeurs français Claude Debussy et Maurice Ravel innovent avec un style impressionniste et de nouvelles progressions harmoniques.

Entre romantisme et modernisme, Gustav Mahler écrit une musique contrastée, caractérisée par un désir de rompre avec les règles traditionnelles. De nouveaux rapports entre chœurs, solistes et instruments voient le jour.

Alors que Béla Bartók s'intéresse aux musiques folkloriques de l'Europe de l'Est, Igor Stravinsky provoque un scandale avec son œuvre dissonante Le sacre du printemps, présentée à Paris en 1913. Le compositeur russe le plus connu demeure Piotr Ilitch Tchaïkovski qui, lié à l'ère romantique, a écrit le célèbre ballet Casse‑noisette.

Le grand bouleversement de la grille classique, provoqué par une remise en question du système tonal, viendra toutefois de la seconde École de Vienne, personnifiée par Arnold Schönberg, Alban Berg et Anton Webern. [Voir dossier Avant-garde.]

Dans la seconde moitié du 20e siècle, Pierre Boulez applique le principe sériel à toutes les dimensions sonores.

Explorations multiples

Corky Siegel D'autres explorations marqueront l'époque, que l'on pense à la musique concrète de Pierre Henry. Les nouveautés technologiques du 20e siècle influenceront évidemment les mouvances de la musique classique.

Aux États-Unis, le musicien John Cage, issu de la culture classique, s'illustre dans un registre plus expérimental. [Voir dossier Avant-garde.]

De facture plus traditionnelle, les compositions de Samuel Barber et de Benjamin Britten se démarquent. 

Le jazz, qui explose au 20e siècle, inspire certains composteurs tels que Ravel ou Stravinsky, lequel écrit un ragtime en 1918.

À noter que beaucoup d'artistes de rock ont flirté avec la musique classique et symphonique, dont les Beatles, Pink Floyd, Yes et Genesis.

Le minimalisme et la musique répétitive, principal courant de la musique classique actuelle, sont personnifiés par Philip Glass et Steve Reich. [Voir dossier Avant-garde.]

En Pologne, Henryk Gorecki s'inspire du minimalisme, tout comme l'Estonien Arvo Pärt.

En France, les compositeurs Nicolas Bacri et Thierry Escaich représentent notamment la nouvelle vague contemporaine.

Le classique au Festival

Wynton Marsalis L'Orchestre symphonique de Montréal, formation classique et instrumentale au rayonnement mondial, a plusieurs fois ravi les mélomanes du Festival, que ce soit aux côtés de Dave Brubeck, Lorraine Desmarais ou k.d. lang.

En 2009, le pianiste Alain Lefèvre et la violoniste Angèle Dubeau, deux grandes pointures du paysage classique québécois, ont rendu visite aux festivaliers.

À la fois trompettiste de jazz et de classique, Wynton Marsalis est l'un des plus brillant musicien de sa génération. Grand habitué du Festival, son dernier passage remonte à 2009.

Puis en 2010, le compositeur, chef d'orchestre et claviériste britannique Howard Moody s'est installé derrière le grand orgue de l'église Saint-James pour offrir un concert en duo avec le saxophoniste John Surman.

Toujours en 2010, on assistait au retour du pianiste, chanteur et auteur-compositeur Corky Siegel. Son plus récent album, intitulé Corky Siegel's Traveling Chamber Blues Show, propose une rencontre entre blues et musique de chambre.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :