Accueil > Artistes > Dossiers thématiques > 25e anniversaire : 2004

Les grandes éditions anniversaires du Festival

2004 : 25 ans, ça se fête en grand

Qui aurait pu prédire, en 1980, que le Festival International de Jazz de Montréal deviendrait, en 2004, le plus grand événement du genre au monde ? Pour célébrer un quart de siècle de métissages culturels et de découvertes musicales, le Festival multiplie les événements extérieurs. Le spectacle à grand déploiement Soleil de minuit attire une foule record de 200 000 personnes.

Sous les étoiles

Pendant que le crooner américain Tony Bennett effectue un retour fort attendu à la Salle Wilfrid-Pelletier pour le spectacle d'ouverture en salle, les festivités extérieures démarrent en grande pompe avec le spectacle de Johnny Clegg, qui partage la scène avec le groupe vocal sud-africain Ladysmith Black Mambazo et la Montréalaise d'origine sud-africaine Lorraine Klaasen. Ces derniers célèbrent avec fougue les 10 ans de la fin de l'apartheid.

Le 4 juillet, la foule joue des hanches au son des légendaires Funk Brothers de Detroit. Six jours plus tard, Vic Vogel électrise la Soirée commémorative du 25e à la Place des Nations sur l'île Sainte-Hélène. Le pianiste montréalais qui n'a manqué aucune édition en 25 ans se produit à l'endroit même où il avait clôturé le tout premier Festival de l'histoire.

L'ultime rassemblement extérieur demeure le spectacle de fermeture Soleil de minuit, coproduit avec le Cirque du Soleil qui fête ses 20 ans. Ce soir-là, une ambiance magique règne dans la rue Sainte-Catherine, où se sont entassés quelque 200 000 curieux. Cette grandiose soirée à ciel ouvert est retransmise en direct à la télé de Radio-Canada. Parmi les artistes qui s'y distingueront, mentionnons les Youssou N'Dour, Zachary Richard et Jorane.

Des nouveautés…

Dans la foulée de cette cuvée anniversaire, le Prix Antonio-Carlos-Jobim, destiné à un artiste qui se distingue dans le domaine des musiques du monde, voit le jour. Ibrahim Ferrer remporte la première statuette. Avec la chaleur qu'on lui connaît, l'emblématique papy du Buena Vista Social Club offre aux spectateurs du Festival un dernier concert, avant de s'éteindre en août 2005. Le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba est également de la partie, accompagné sur scène par le chanteur et guitariste brésilien Joao Bosco. De plus, la talentueuse et regrettée chanteuse d'origine mexicano-américaine Lhasa de Sela donne le coup d'envoi de la série Chants d'Amérique et nous présente son deuxième album, The Living Road.

Si la cuvée 2004 rassemble une myriade de légendes – Chick Corea, Keith Jarrett, Brad Mehldau, Wynton Marsalis, etc. – on constate que plusieurs jeunes auteures-compositrices-interprètes bourrées de talent s'y produisent pour la première fois. Notons la marginale Amy Winehouse, la reine du folk alternatif Ani DiFranco et Ariane Moffatt.

Rencontres au sommet

Après un passage remarqué en 1995, le guitariste Al Di Meola, le violoniste Jean-Luc Ponty et le bassiste Stanley Clarke remontent sur les planches du Festival pour nous offrir quelques pièces de leur album-culte Rite of Strings. De plus, la chanteuse canadienne k.d. lang mêle sa voix aux notes explosives de l'Orchestre Symphonique de Montréal, tandis que le guitariste et pianiste brésilien Egberto Gismonti se produit avec l'ensemble I Musici de Montréal.

Enfin, histoire de terminer sur une note grandiose, rappelons que le spectacle de clôture réunit sur une même scène deux géants du piano jazz montréalais, Oscar Peterson et Oliver Jones. Le duo d'amis musiciens offre à son public une soirée d'anthologie.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :