Accueil > Artistes > John McLaughlin
John McLaughlin

John McLaughlin

1942 -

Origine : Royaume-Uni

Instrument principal : Guitare acoustique/guitare électrique

Genres : Jazz fusion, World

Ce guitariste anglais est l'une des plus importantes figures du jazz fusion. Après s'être illustré dans le premier groupe électrique de Miles Davis, au début des années 1970, il devient une véritable superstar au sein du Mahavishnu Orchestra. Cette formation permet au musicien d'opérer des croisements complexes et audacieux entre jazz, rock et musique indienne. Il alterne depuis les projets acoustiques et électriques, poursuivant inlassablement son expérimentation et inscrivant son art dans une quête spirituelle personnelle.

JOHN MCLAUGHLIN EN LIGNE
Partager :

Ce guitariste anglais est l'une des plus importantes figures du jazz fusion. Après s'être illustré dans le premier groupe électrique de Miles Davis, au début des années 1970, il devient une véritable superstar au sein du Mahavishnu Orchestra. Cette formation permet au musicien d'opérer des croisements complexes et audacieux entre jazz, rock et musique indienne. Il alterne depuis les projets acoustiques et électriques, poursuivant inlassablement son expérimentation et inscrivant son art dans une quête spirituelle personnelle.

John McLaughlin naît le 4 janvier 1942 dans le Yorkshire, en Angleterre. Sa mère est violoniste. Élevé dans un foyer musical, le garçon ouvre très jeune ses oreilles. Il éprouve son premier coup de cœur musical à cinq ans, en découvrant La neuvième symphonie de Beethoven. Il tâte d'abord le piano, puis essaye la guitare à 11 ans. Il découvre le jazz à 14 ans par l'intermédiaire des enregistrements de Django Reinhardt.

Au début des années 1960, McLaughlin part tenter sa chance à Londres, où il joue avec des gens associés au rock et au blues, dont Georgie Fame & the Blue Flames. En 1969, il assemble des musiciens et enregistre un disque, Extrapolation, avant d'accepter l'invitation de l'ex-batteur de Miles Davis, Tony Williams, qui monte sa propre formation, Lifetime. C'est ce dernier qui recommande le guitariste à Davis.

McLaughlin met sa griffe sur quelques disques marquants de Miles, parmi lesquels In a Silent Way, Bitches Brew (qui inclut une pièce intitulée... John McLaughlin !) et A Tribute to Jack Johnson.

Conversion

En 1970, après sa rencontre avec le gourou Sri Chimnoy, dont il devient le disciple, McLaughlin adopte le nom de Mahavishnu. Il quitte la formation de Miles Davis alors que paraît My Goal's Beyond. Cet album solo permet d'anticiper la suite des événements. Le guitariste y teste déjà les possibilités de dialogue entre discours traditionnel indien, jazz fusion et musique acoustique.

Avec le Mahavishnu Orchestra, mis sur pied en 1971, McLaughlin atteint rapidement une grande notoriété. Son statut de super-vedette lui permet de remplir des salles comme le Forum de Montréal. Le groupe, qui voit passer des musiciens de la trempe de Jean-Luc Ponty et Jan Hammer, dure jusqu'en 1975.

En fondant alors Shakti, qui mise notamment sur les talents du joueur de tabla Zakir Hussain, McLaughlin pousse plus loin encore sa fascination pour la musique indienne, cette fois en mode acoustique.

Au début des années 1980, le musicien se joint aux as guitaristes Paco de Lucía et Larry Coryell (qui cède ensuite sa place à Al Di Meola). Le Guitar Trio accouche des albums Friday Night in San Francisco et Passion, Grace & Fire, véritables sommets de virtuosité guitaristique.

Faits saillants festivaliers

C'est en 1989 que John McLaughlin rend sa première visite au Festival International de Jazz de Montréal. On peut y apprécier de visu sa virtuosité, son charis­me et son ouverture d'esprit... sans oublier son légendaire souci pour la perfec­tion. Dans le programme, cette année-là, on souligne que la reconnaissance du public n'a pas empêché ce musicien exigeant envers lui-même de se lancer dans toutes sortes d'aventures musicales, que ce soit avec le groupe d'indo-jazz Shakti, le guitariste Carlos Santana ou le London Symphony Orchestra.

Deux ans plus tard, McLaughlin revient au Festival. On n'a pas oublié son passage précédent : son jeu tendu, nerveux et, lorsque la main s'active sur l'instrument, ces notes qui s'agitent à une vitesse folle, sans empêcher cependant la complète subtilité de l'art.

Cette fois, le discours musical s'est étoffé par l'adjonction de collaborateurs émérites qui font du trio de McLaughlin un véritable ensemble. Dans le coin droit, le percussionniste Trilok Gurtu, déjà entendu au Festival avec le groupe Oregon ; dans le coin gauche, le bassiste Dominique Di Piazza, collaborateur de John Scofield et de Didier Lockwood.

Quel honneur 

En 1994, profitant du fait qu'il souligne sa 15e édition, le Festival instaure le Prix Miles-Davis, qui sera remis chaque année à un musicien de jazz international pour l'ensemble de son oeuvre et son apport créatif au renou­vellement du genre. Le premier lauréat ? John McLaughlin, dont les collaborations avec Miles ont fait époque. L'événement, qui se tient au Théâtre du Forum, se transforme en une grande fête musicale à laquelle participent également Paco de Lucía et Milton Nascimento.

Après avoir ressuscité son Guitar Trio en 1996, McLaughlin rapplique l'année suivante avec un nouveau quintette dont font partie Gary Thomas (saxo), Matt Garrison (basse), Dennis Chambers (batterie) et Jim Beard (claviers). La formation, qui s'inscrit dans la lignée du Mahavishnu Orchestra, lance l'album The Heart of Things.

Je me souviens 

Le projet Remember Shakti, lancé en 1999, a pour idée de revisiter le catalogue de l'ensemble acoustique révolutionnaire indo-jazz que McLaughlin a créé dans les années 1970 avec le maître du tabla Zakir Hussain. Les deux musiciens s'arrêtent au Festival cette année-là.

Ils reviennent deux ans plus tard. Le virtuose de la guitare est assis en tailleur sur la scène de la Salle Wilfrid-Pelletier aux côtés du grand tablaiste. Vingt-cinq ans plus tôt, les deux artistes avaient osé marier la musique traditionnelle de l'Inde avec le jazz et partager cette découverte avec le public au sein de la mythique formation Shakti. En 2005, Hussain, qui participe à la série Invitation, convie de nouveau le guitariste à un dialogue au sommet.

Sur l'album Thieves and Poets, qui paraît en 2003, McLaughlin poursuit sa démarche exploratoire. Il gratte uniquement sa guitare acoustique et s'entoure de musiciens classiques. Au programme figure entre autres la pièce titre, découpée en trois morceaux, et qui flirte avec le flamenco.

Au printemps 2009, John McLaughlin a participé au spectacle hors-Festival donnée par le Five Peace Band, aux côtés de Chick Corea, Christian McBride, Kenny Garrett et Brian Blade. L'année suivante, il lance le disque To the One avec le groupe The 4th Dimension, qui se compose du claviériste et batteur Gary Husband, du bassiste Étienne Mbappé et du batteur Mark Mondésir.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo