Accueil > Artistes > Leonard Cohen
Leonard Cohen

Leonard Cohen

1934 -

Origine : Québec, Canada

Instrument principal : Voix

Genre : Folk/Country

Ce poète, romancier et chanteur montréalais a imposé une voix et une plume singulières. Il choisit de se consacrer à la musique au milieu des années 1960, après avoir fait sa marque comme écrivain. Son folk dépouillé sert de socle à des paroles d'une beauté et d'une profondeur remarquables, qui rendent compte de l'expérience humaine. Parmi ses  titres les plus connus, on compte les Suzanne, So Long Marianne et Hallelujah. Son œuvre, si elle n'a jamais connu de grand succès commercial, continue cependant de fasciner un nombre important de dévoués.

LEONARD COHEN EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Ce poète, romancier et chanteur montréalais a imposé une voix et une plume singulières. Il choisit de se consacrer à la musique au milieu des années 1960, après avoir fait sa marque comme écrivain. Son folk dépouillé sert de socle à des paroles d'une beauté et d'une profondeur remarquables, qui mettent en lumière les aléas de l'expérience humaine. Parmi ses plus titres les plus connus, on compte les Suzanne, So Long Marianne et Hallelujah. Son œuvre, si elle n'a jamais remporté un grand succès commercial, continue cependant de fasciner un nombre impressionnant de dévoués.

Enfance poétique

Leonard Norman Cohen voit le jour à Montréal le 21 septembre 1934. Sa mère l'encourage très tôt à écrire. Il touche à la poésie alors que les garçons de son âge s'amusent encore avec des soldats de plomb. La musique l'intéresse aussi, notamment le country, mais il n'y consacre pas encore toute sa tête. Inscrit à l'Université McGill, il poursuit ses entreprises littéraires avec ardeur.

À peine diplômé, Cohen fait paraître un premier recueil de poèmes, Let Us Compare Mythologies. Il part ensuite à l'aventure. Après un séjour à Londres, il s'installe dans l'île grecque d'Hydra, où il continue des noircir des pages. Accessoirement, il s'amuse à gratter la guitare. De retour à Montréal, notre homme fait paraître d'autres recueils de poésie et deux romans, dont Beautiful Losers (1966), qui reçoit un accueil critique très positif.

À 32 ans, Cohen décide de tenter sa chance en chanson. Il rêve d'enregistrer à Nashville, il s'arrête à New York. Dans la Grosse Pomme, ses fréquentions incluent Nico, Joni Mitchell et Judy Collins. Celle-ci est la première à interpréter une de ses chansons : Suzanne. À la même époque, une apparition au Festival de Newport et quelques spectacles à New York contribuent à le faire connaître.

Cohen maître chanteur

Après avoir entendu quelques-unes de ses compositions, John Hammond lui offre sa chance chez Columbia. Un premier disque paraît en 1968. The Songs of Leornard Cohen révèle une voix grave, mais chaleureuse, accompagnée de manière minimaliste. Rien à voir avec les productions baroques et psychédéliques à la mode. On y retrouve notamment Suzanne, So Long Marianne et Sisters of Mercy.

Les deux disques suivants, Songs from a Room (1969) et Songs of Love and Hate (1971), confirment son talent. Suit un enregistrement public, Live Songs, deux ans plus tard, qui marque la fin de sa « première période ».

Pour New Skin for the Old Ceremony (1974), Cohen enveloppe ses chansons de manière plus luxuriante. Produit par Phil Spector, Death of a Ladies' Man (1977) ajoute une couche, voire deux, aux compositions de Cohen. Ce dernier reprochera à Spector d'avoir mixé l'affaire sans le consulter.

Les années 1980

S'il ralentit la cadence, Cohen continue d'écrire et d'endisquer au cours des années 1980. Son album le plus marquant, I'm You Man, paru en 1988, jouit d'une production à saveur légèrement électronique bien de son temps. La pièce titre et quelques autres, dont Tower of Song, le révèlent à un nouveau public.

En 1993, une tournée pour l'album The Future, paru l'année précédente, l'amène au Forum de Montréal.

Cohen consacre les années suivantes à une quête spirituelle qui le conduit dans une retraite bouddhiste, le Centre Zen du mont Baldy, en Californie. Il enfile même l'habit du moine quelque temps. À sa sortie, en 1999, il rèvèle Ten New Songs, qui porte la cosignature de son ex-choriste Sharon Robinson. En 2004, l'année de ses 70 ans, Cohen lance Dear Heather, dont quelques-uns des textes ont été pondus par des collaborateurs.

L'année suivante, Cohen entame une poursuite contre son ex-manager, pour détournement de fonds. La somme évoquée s'élèverait à quelques millions de dollars.

Un grand honneur

En mars 2008, Cohen est intronisé au Temple de la renommée du rock'n'roll. Véritable monument, icône de la chanson autant que de la littérature, il est depuis longtemps considéré comme l'un des auteurs-compositeurs les plus importants et influents de notre temps.

La même année, Cohen remonte sur scène pour une série de 84 concerts qui le mènera de Saguenay à Dublin, en passant par Bucarest et Auckland. Il se produit devant des auditoires canadiens pour la première fois en 15 ans.

Au Festival

Il en profite pour rendre sa première visite au Festival International de Jazz de Montréal. Le poète et musicien livre trois performances en prélude à l'événement, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, devant des foules extatiques.

Cohen ne repart pas les mains vides. Il est le troisième artiste à recevoir le Montreal Jazz Festival Spirit Award, prix soulignant la qualité et l'innovation de l'œuvre ainsi que l'influence déterminante d'un auteur-compositeur-interprète sur l'ensemble de la musique populaire internationale.

La fête se poursuit avec un concert offert en hommage à Cohen, programmé le premier soir du Festival. Qu'ont en commun Katie Melua, Buffy Sainte-Marie, Madeleine Peyroux, Serena Ryder, Chris Botti et Thomas Hellman ? Leur amour pour le grand poète, romancier et chanteur montréalais, qui les réunit le temps d'un spectacle.

Parmi les autres artistes présents, on remarque Zachary Richard, qui reprend Bird on a Wire, Garou, qui propose Everybody Knows, et Pagliaro, qui embrase The Future. Leonard Cohen, déjà parti vers d'autres cieux, est présent par vidéo interposée. À lui de clore la soirée avec Closing Time et Suzanne. On estime à quelque 100 000 spectateurs la foule présente à ce happening.

En 2009, après avoir lancé le DVD-concert Live In London, capté l'année précédente, Cohen est reparti en tournée mondiale. Un autre enregistrement effectué en concert, Songs from the Road, est commercialisé en 2010. Deux ans plus tard paraît un album de matériel original, Old Ideas.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo