Accueil > Artistes > Miles Davis
Miles Davis

Miles Davis

1926 - 1991

Origine : États-Unis

Instrument principal : Trompette

Genres : Jazz, Jazz fusion

Monstre sacré du jazz, le trompettiste américain Miles Davis a connu une brillante carrière de 50 ans qu'on pourrait résumer par les maîtres mots innovation, intransigeance et inspiration. Innovateur, Miles : chacune des phases musicales qui ont jalonné son parcours correspond à un chapitre de la grande histoire de la musique contemporaine. Intransigeant, Miles : son caractère difficile et ses attentes élevées, envers lui-même et autrui, l'on propulsé loin en avant. Inspirant, Miles : son talent individuel a stimulé les valeureux collaborateurs qui ont partagé son aventure.

MILES DAVIS EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Monstre sacré du jazz, le trompettiste américain Miles Davis a connu une brillante carrière de 50 ans qu'on pourrait résumer par les maîtres mots innovation, intransigeance et inspiration. Innovateur, Miles : chacune des phases musicales qui ont jalonné son parcours correspond à un chapitre de la grande histoire de la musique contemporaine. Intransigeant, Miles : son caractère difficile et ses attentes élevées, envers lui-même et autrui, l'on propulsé loin en avant. Inspirant, Miles : son talent individuel a stimulé les valeureux collaborateurs qui ont partagé son aventure. Tout a été dit sur ce grand musicien ? Oui, peut-être, mais pas par nous. Permettez...

On se souvient

En 1992, presque un an après son décès, le Festival International de Jazz de Montréal rend hommage à l'artiste disparu. Cet été-là, l'heure est aux réminiscences. « Miles à Montréal : le vol du Phénix », titrait le quotidien Le Soleil, lors de la première participation du trompettiste au Festival International de Jazz de Montréal, 10 ans plus tôt. Trois autres visites festivalières suivront, en plus de trois spectacles à guichets fermés livrés au Spectrum, en février 1990.

Chacune de ces visites montréalaises, ou presque, a été déterminante pour le musicien lui-même. Ainsi, en 1983, Miles avait conservé l'enregistrement de deux pièces faites au Festival pour les intégrer à son disque Decoy. En 1985, le trompettiste avait profité de son spectacle au Festival pour en tirer un disque ­laser vidéo, offert au Japon.

Trois ans plus tard, le musicien révèle une autre facette de son talent. Davis l'artiste peintre offre un autoportrait au pastel qui servira à façonner l'affiche officielle de la neuvième édition du Festival.

Celui qu'on disait arrogant et inaccessible offrait le fruit de sa collaboration. C'était inespéré... Le musicien conclut finalement cette neuvième édition par une performance époustouflante, joviale et tout à fait généreuse.

Quoi qu'il en soit, Miles Davis demeurera un personnage énigmatique, souvent égratigné au passage. Le roi de la controverse et de l'extravagance. Pour l'organisation du Festival, toutefois, Miles Davis évoquera à tout jamais le souvenir d'une relation privilégiée avec un artiste au charisme et au génie créateur hors du commun.

Quelle histoire

Qu'importe la redondance, commençons par le début. Miles Davis voit le jour à Alton, dans l'Illinois, le 25 mai 1926. Fils d'un den­tiste, il grandit à Saint-Louis, au Missouri, où il fait ses études. Pour son treizième anni­versaire, son père lui offre une trompette. Comme beaucoup de musiciens, Miles Da­vis, admirateur de Bobby Hackett, s'exerce dans l'orchestre de son collège.

En 1945, son père l'envoie à New York pour y suivre les cours de l'Académie Juilliard (qui porte alors le nom d'Institute of Musical Art). Miles Davis ne s'y montre pas élève très assidu : il préfère vivre l'ébullition de la 52e rue, où règne Charlie Parker.

Ces deux-là sont fait pour se rencontrer, c'est écrit. Rencontre au sommet il y a, mais qui ne dure qu'un temps. Davis quitte Parker en 1948. Du grand saxophoniste, Miles a appris une chose fondamentale : comment négocier les vi­rages. Car désormais, c'est lui qui va conduire.

Dès 1949, il dirige un ensemble qui va innover de bien des façons. En effet, alors que le be-bop commence juste à être accepté, le trompettiste propose une série d'albums qui tranchent avec la fré­nésie des Parker, Gillespie et Monk.

Les cli­mats sont calmes, toute agressivité a été gommée par les arrangeurs et instrumentalistes Gil Evans, Gerry Mulligan et John Lewis. Les musiciens jouent de façon détendue, décontractée, tout est soigneusement me­suré - le vibrato est quasiment proscrit.

Le cool est né

On peut prendre la mesure de cette approche novatrice sur Birth of the Cool, enregistré en trois sessions en 1949-1950. Figurent au programme de cet album des titres qui sont devenus des stan­dards : Jéru, Boplicity, Israel, Godchild.

Cette nouveauté stylistique va séduire bien des jeunes musiciens : Chet Baker, Stan Getz, Art Pepper en sont, jusqu'aux années 1980, les plus fidèles porte-parole. À la sortie de ce deuxième virage, Miles Davis fait descendre tout son monde et repart seul pour un vagabondage qui l'amène en 1955 à la formation d'un groupe où l'on retrouve John Coltrane.

 

Cette fois encore, les couleurs sont éminemment diffé­rentes, comme si ce qui avait précédé n'a­vait jamais existé. Le point culminant de cette époque est certainement le disque Kind of Blue (1959), qui contient des trésors : So What, Freddie Freeloader, et surtout All Blues...

Littéralement : « tous les blues », comme s'il fallait en finir une fois pour toutes avec ce style. Miles Davis déclare : « Laissez le blues aux Blancs. Ils ont le blues, alors qu'ils le gardent ! Nous, on va jouer autre chose. » Fin du troisième virage.

Dès 1963, l'orchestre est remanié : Shorter, Hancock, Jarrett, DeJohnette, Williams, Carter et McLaughlin y défileront. Si le jeu instrumental de Miles Davis est à l'heure de l'économie, la formation rythmique est de plus en plus électrifiée. Les climats sont angoissés, la régularité rythmique coupe au hachoir la sécurité complaisante dans laquelle s'enfermait la musique.

Les dis­ques On The Corner, Bitches Brew et Live at The Fillmore témoignent de cette approche. Puis c'est l'arrêt forcé, qui marque la fin du quatrième virage. Suit alors un silence « davisien » long de sept années - attribuable à un accident de la route. Lorsque Miles daigne reprendre la parole, les années 1980 sont déjà là.

Miles, le retour

Pendant sa dernière décennie d'activité, rappelons-le, l'artiste honore le Festival de sa présence à quelques occasions. À son deuxième passage, en 1983, on laisse à certains de ses collaborateurs le soin de qualifier leur rapport avec le maître. 

Le contrebassiste Ron Carter : « Mon expérience avec Miles ? Fabuleuse. C'est le tournant le plus important de ma carrière, et même de toute ma vie. »

Le batteur Billy Cobham : « Jouer avec Miles est très éducatif, il n'y a jamais un moment où l'on s'ennuie. »

Le pianiste Chick Corea : « J'ai appris chez Miles la disci­pline mélodique. Oui, c'est vraiment ce qui m'est resté de mon passage chez lui. J'ai appris la façon de former une mélodie, de jouer plus logiquement. J'ai aussi appris tout ce qu'il ne fallait pas faire. »

Le bassiste Marcus Miller : « Avec Miles, c'est assez difficile, puisqu'il faut servir, pénétrer et respecter un climat donné à un moment donné. Bien sûr, comme il conduit de manière géniale le déroulement de ses " his­toires musicales ", on n'a plus qu'à prendre le train en marche. »

Le percussios­niste Mino Cinelu : « Miles, en fait, c'est une longue histoire qu'il faut aimer en entier. Et elle est loin d'être terminée. »

Quelque 10 ans plus tard, en 1992, alors que le Festival lui rend un hommage posthume, on se rappelle que « chaque apparition du "prince" en sol montréalais avait les allures d'un grand événement. » Que de Kind of Blue à In a Silent Way, de Bitches Brew à Tutu, le trompettiste a surpris, choqué... et conquis. Si Miles Davis lègue au monde entier un héritage musical colossal, il laisse en plus aux Québécois le souvenir d'une collaboration unique.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo