Accueil > Artistes > Paul Simon
Paul Simon

Paul Simon

1941 -

Origine : États-Unis

Paul Frederic Simon voit le jour à Newark, au New Jersey, le 13 octobre 1941. Il grandit dans le quartier Forest Hills, dans le district de Queens, à New York. Parmi ses camarades se trouve un certain Art Garfunkel, qui fréquente la même école secondaire. Ensemble, ils forment le duo Tom & Jerry et parviennent à obtenir un contrat de disque. Les jeunes musiciens ont à peine 16 ans lorsqu'ils placent la chanson Hey Schoolgirl dans les palmarès.

PAUL SIMON EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Paul Frederic Simon voit le jour à Newark, au New Jersey, le 13 octobre 1941. Il grandit dans le quartier Forest Hills, dans le district de Queens, à New York. Parmi ses camarades se trouve un certain Art Garfunkel, qui fréquente la même école secondaire. Ensemble, ils forment le duo Tom & Jerry et parviennent à obtenir un contrat de disque. Les jeunes musiciens ont à peine 16 ans lorsqu'ils placent la chanson Hey Schoolgirl dans les palmarès.

Les deux font la paire Paul Simon

Leurs efforts subséquents tombent malheureusement à plat et les deux musiciens décident de poursuivre leurs études. Ils se retrouvent cependant en 1964. Embauchés par Columbia, Simon et Garfunkel enregistrent un premier disque à saveur folk, Wednesday Morning, 3 AM, qui ne remporte guère de succès. Du coup, Simon choisit de faire cavalier seul. Il déniche un contrat solo chez CBS et fait paraître The Paul Simon Songbook, disque enregistré à Londres.

Le vent tourne en 1965. Le producteur Tom Wilson, chez Columbia, a l'idée d'«électrifier» la pièce The Sound of Silence, qui connaît un succès monstre. Pris par surprise, le duo se dépêche d'entrer en studio pour enregistrer un album, Sounds of Silence (1966) autour de son tube inattendu.

L'année suivante paraît Parsley, Sage, Rosemary and Thyme, un disque plus abouti qui mise notamment sur la reprise d'une pièce folk traditionnelle (Scarborough Fair/Canticle), propose un clin-d'œil amusé à Bob Dylan (A Simple Desultory Philippic) et se conclut sur un commentaire socio-politique poignant (7 O' Clock New/Silent Night). 

En 1968, les deux comparses se chargent de la trame sonore du film The Graduate, qui inclut notamment l'inoubliable Mrs. Robinson. La chanson figure également sur Bookends, remarquable album concept du duo paru la même année.

Simon et Garfunkel se séparent en 1970 après la parution de leur cinquième disque studio, Bridge Over Troubled Water. La pièce titre devient un tube mondial. Mais, citant de bonnes vieilles divergences artistiques, les deux musiciens préfèrent suivre chacun leur route.

Simon tout seul

En 1972, Simon refait surface avec un album éponyme qui comprend notamment la pièce à couleur reggae Mother and Child Reunion, enregistrée en Jamaïque. Lancé en 1973, le suivant, There Goes Rhymin' Simon, suscite des critiques fort positives. Et le troisième également, qui sera désigné meilleur album au gala des prix Grammy de 1976. Intitulé Still Crazy After All These Years, cet opus comprend les pièces à succès 50 Ways to Leave Your Lover et My Little Town, celle-ci enregistrée avec le concours d'Art Garfunkel.

À la fin des années 1970, Simon se tourne vers le cinéma. Il tient un rôle dans le long métrage Annie Hall, réalisé par Woody Allen. Il se fait également scénariste pour One Trick Pony, de Robert M. Young, dont il signe la bande originale. Le film reçoit un accueil mitigé.

En 1981, le chanteur renoue avec son vieux complice Art Garfunkel. Les retrouvailles donnent lieu à un concert d'anthologie à Central Park. Une tournée mondiale suivra, mais l'idée de plancher sur un nouvel album commun capote.

Simon récupère le matériel composé pour en tirer un album, Heart and Bones, qui sort en 1983. Le public n'achète pas. Sa carrière se trouvant au point mort, le compositeur décide d'explorer de nouveaux horizons.

Action de grâce

Aiguillé par la pièce instrumentale Gumboots, du trio sud-africain The Boyoyo Boys, Simon se rend à Johannesbourg, en 1985, avec l'idée d'y enregistrer un nouveau disque. Il travaille notamment avec la chorale Ladysmith Black Mambazo. Le résultat est aussi inspiré qu'original : Graceland fait découvrir la musique traditionnelle mbaqanga à un vaste public et rapporte à son créateur le Grammy de l'album de l'année.

Bénéficiant du secours des Sud-Africains Hugh Makesela et Miriam Makeba, la tournée montée autour de l'album passe par le Zimbabwe en 1987. Cinq ans plus tard, Simon est le premier artiste américain à se produire au pays de Mandela depuis la fin de l'apartheid.

Pour Rhythm of the Saints, qui paraît en 1990, Simon se tourne vers la musique brésilienne, qui fournit son assise rythmique aux chansons. L'expérience est légèrement moins concluante, mais remporte néanmoins la faveur populaire.

Après l'échec de la comédie musicale The Capeman, sur laquelle il a planché pendant une bonne partie de la décennie, Simon partage l'affiche d'une grande tournée avec Bob Dylan en 1999.

En 2006, le New-Yorkais fait paraître son dixième disque solo, Surprise, pour lequel il a bénéficié de l'aide du musicien et producteur Brian Eno. La même année, le Festival International de Jazz de Montréal consacre son Grand Événement à la musique de Simon... avant d'accueillir l'homme en personne le lendemain, pour un concert qui a lieu à la Place des Arts.

Paul Simon

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo