Accueil > Artistes > Joao Gilberto
Joao Gilberto

Joao Gilberto

1931 -

Origine : Brésil

Instrument principal : Guitare acoustique/guitare électrique

Genres : Jazz, Latin

Éminence grise de la bossa-nova, le chanteur et guitariste brésilien João Gilberto donne au genre sa manière vocale et sa rythmique particulière. Plus discret que ses compagnons d'armes Antonio Carlos Jobim et Newton Mendonça, Gilberto passera plus de temps à l'ombre que sous le feu des projecteurs. On lui prête très tôt une réputation de génie excentrique À partir du début des années 1960, alors qu'il impose son talent aux États-Unis, il choisit de poursuivre sa carrière en pointillé, endisquant et tournant à intervalles irréguliers, selon son gré. Son parcours atypique se double d'un ascendant enviable sur la confrérie musicale internationale; avec beaucoup d'à propos, il a été surnommé O Mito - le Mythe.

JOAO GILBERTO EN LIGNE
Partager :

Éminence grise de la bossa-nova, le chanteur et guitariste brésilien João Gilberto donne au genre sa manière vocale et sa rythmique particulière. Plus discret que ses compagnons d'armes Antonio Carlos Jobim et Newton Mendonça, Gilberto passera plus de temps à l'ombre que sous le feu des projecteurs. On lui prête très tôt une réputation de génie excentrique À partir du début des années 1960, alors qu'il impose son talent aux États-Unis, il choisit de poursuivre sa carrière en pointillé, endisquant et tournant à intervalles irréguliers, selon son gré. Son parcours atypique se double d'un ascendant enviable sur la confrérie musicale internationale; avec beaucoup d'à propos, il a été surnommé O Mito - le Mythe.

Passion musicaleJoao Gilberto

João Gilberto do Prado Pereira de Oliveira voit le jour le 10 juin 1931 à Juazeiro, dans le nord-est du Brésil. Il se passionne très tôt pour la musique, au grand dam de son père qui aurait préféré le voir faire des études. À l'âge de 14 ans, le jeune João reçoit une guitare et s'applique à maîtriser l'instrument. Il ne met pas de temps à faire sa place au sein d'un groupe de jeunes musiciens locaux.

À 18 ans, il part s'installer à Salvador avec l'idée de devenir professionnel. Ses premiers efforts comme chanteur ne font pas trembler la terre, mais le garçon réussit tout de même, sur la foi de quelques engagements radiophoniques, à se faire embaucher au sein du populaire groupe vocal carioca Garotos da Lua.

Gilberto ne fera partie de la formation qu'une année. Son attitude nonchalante lui vant d'être renvoyé. Le musicien adopte alors un mode de vie bohème : sans domicile fixe, il squatte chez des amis. Il vit de nuit et consomme de grandes quantités de marijuana. Par orgueil, il refuse divers engagements qu'il juge avilissants.

Cette période de flottement dure quelques années, jusqu'à ce que Gilberto fasse la rencontre du chanteur Luiz Telles, qui le convainc de se relocaliser à Pôrto Alegre. Le changement de décor lui est bénéfique : il dit non à la mari et se concentre sur la musique. Ses expériences donnent naissance à un style vocal unique, presque susurré, assorti d'un jeu de guitare axé sur des rythmiques syncopées.

Naissance de la bossa-nova

Pendant un séjour dans son patelin natal, Gilberto compose la désormais célèbre chanson Bim-Bom, que d'aucuns considèrent comme l'acte de naissance officieux de la bossa-nova. De retour à Rio, le musicien continue de développer son répertoire. Il en profite pour élargir également son réseau de contacts.

Il renoue bientôt avec Antonio Carlos Jobim. C'est ce dernier qui propose à Gilberto la pièce Chega de Saudade, coécrite avec Vinicius de Moraes et déjà enregistrée par la chanteuse Elizabeth Cardoso. Gilberto l'adapte à sa sauce. La bossa-nova est née. Le musicien en fait la pièce titre de son premier album, lancé en 1959. Deux autres disques paraissent dans la foulée : O Amor, o Sorriso e a Flor (1960) et João Gilberto (1961).

En 1962, Gilberto déménage ses pénates aux États-Unis. Il y restera jusqu'en 1980. Durant cette période, le musicien enregistre une poignée d'albums très bien reçus. Sa collaboration avec le saxophoniste Stan Getz donne naissance à un classique absolu, Getz/Gilberto (1963), enregistré avec l'aide de Tom Jobim. On y retrouve, entre autres morceaux, l'immortelle version de The Girl from Ipanema chantée par Astrud Gilberto, l'épouse de João. Après avoir endisqué un album devant public à Carnegie Hall l'année suivante, Getz et Gilberto feront de nouveau équipe en 1976, pour The Best of Both Worlds.

Retour au pays

Depuis qu'il a retrouvé sa terre natale, au début des années 1980, Gilberto a travaillé avec bon nombre de légendes brésiliennes, de Caetano Veloso à Gilberto Gil en passant par Chico Buarque. En plus d'interpréter ses propres compositions, il s'emploie également à faire redécouvrir les compositions d'artistes oubliés.

Le musicien donne son unique concert au Festival International de Jazz de Montréal en 2001, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Depuis, il continue de mener une existence des plus discrètes. De loin en loin, Gilberto se produit sur scène ou bosse en studio. Il continue de se consacrer à cette musique qui est toute sa vie.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo