Accueil > Artistes > Gary Burton
Gary Burton

Gary Burton

1943 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Xylophone/vibraphone

Vibraphoniste virtuose, l'Américain Gary Burton a enrichi la grammaire de son instrument de prédilection grâce à sa célèbre technique à quatre mailloches. Depuis ses débuts, dans les années 1960, l'Américain a su s'illustrer sur toutes les scènes du jazz, apportant avec lui un vent de décontraction. Explorateur infatigable, il travaille depuis toujours à élargir ses horizons musicaux, aussi bien en solo qu'avec d'illustres frères d'armes, de Pat Metheny à Chick Corea en passant par Steve Swallow. Cet éducateur dévoué s'entoure volontiers de jeunes musiciens d'avenir.

GARY BURTON EN LIGNE
Partager :

Vibraphoniste virtuose, l'Américain Gary Burton a enrichi la grammaire de son instrument de prédilection grâce à sa célèbre technique à quatre mailloches. Depuis ses débuts, dans les années 1960, l'Américain a su s'illustrer sur toutes les scènes du jazz, apportant avec lui un vent de décontraction. Explorateur infatigable, il travaille depuis toujours à élargir ses horizons musicaux, aussi bien en solo qu'avec d'illustres frères d'armes, de Pat Metheny à Chick Corea en passant par Steve Swallow. Cet éducateur dévoué s'entoure volontiers de jeunes musiciens d'avenir.

Il était une fois dans le MidwestGary Burton

Gary Burton voit le jour le 23 janvier 1943 à Anderson, en Indiana. Il apprend à jouer du vibraphone en autodidacte. À 17 ans, le musicien fait ses débuts sur disque à titre d'accompagnateur pour le guitariste country Hank Garland. Son premier album solo, New Vibe Man In Town (1961), est enregistré en trio avec le bassiste Gene Cherico et le batteur Joe Morello. Mettant fin à ses études au Berklee College of Music de Boston, Burton tourne avec le quintette de George Shearing, en 1963, avant de se greffer au quartette de Stan Getz, avec qui il passe deux ans.

Le musicien assemble ensuite un quartette qui comprend Larry Coryell à la guitare et Steve Swallow à la basse. Sur Duster, paru en 1967, il pousse plus loin les tentatives de fusion jazz et rock tentées sur ses premiers disques enregistrés en qualité de leader. Comme instrumentiste, Burton raffine son approche du vibraphone. Sa technique à quatre mailloches, révélant une remarquable dextérité, lui permettra de développer une grande complexité harmonique.

En 1968, Gary Burton se voit attribuer le titre de jazzman de l'année par le magazine Down Beat. Ce titre prestigieux confirme que la cote du vibraphoniste et leader est à la hausse. Dans la foulée, il enregistre avec le violoniste Stéphane Grappelli, en 1969, et avec le pianiste Keith Jarrett deux ans plus tard.

Un homme de classe

En 1971, Burton entreprend une carrière en éducation au Berklee College - il y servira à titre d'enseignant, de doyen et de vice-président exécutif. La même année, le musicien reçoit son premier prix Grammy, pour l'album Alone at Last, qui immortalise une performance solo captée au Festival de Montreux.

Lancé en 1972, Crystal Silence est le premier disque que Burton enregistre pour la prestigieuse maison allemande ECM. L'œuvre figure parmi les tout premiers fruits d'une longue et fructueuse collaboration, studio et scénique, avec le pianiste Chick Corea.

Au milieu des années 1970, Burton invite de nouveaux musiciens à se greffer à son quartette - qui devient quintette à l'occasion. Parmi ceux-là figurent Eberhard Weber à la basse et un jeune guitariste du nom de Pat Metheny, qui fait ses débuts sur Ring, en 1974. Parallèlement, le vibraphoniste se distingue en duo aux côtés du guitariste Ralph Towner (Matchbook, 1974) et du claviériste Chick Corea (Duet, 1978).

Débuts festivaliersGary Burton

Burton et Corea se produisent ensemble lors de la première édition du Festival International de Jazz de Montréal, en 1980. Les deux musiciens font de nouveau équipe en 1982, alors qu'ils remplacent Dexter Gordon au pied levé.

Durant les années 1980, Burton élargit son cercle de collaborateurs. Il s'entoure de jeunes talents qui, souvent, ont fait leurs classes à Berklee. Sur Real Life Hits (1984), il fait une place au pianiste japonais Makoto Ozone, qui partagera avec lui la scène du Festival en 1984 et 1985. Whiz Kids (1986) permet d'apprécier le saxophoniste écossais émergent Tommy Smith.

Enregistré en 1989, le disque Reunion est l'occasion d'une rencontre au sommet avec Pat Metheny. La même année, Burton se distingue au Festival : il se produit en duo avec Ralph Towner et donne deux représentations avec son quintette.

Sur le plan discographique, la décennie qui suit est marquée par la sortie de Right Time, Right Place (1990), résultat d'une première collaboration avec le pianiste d'origine montréalaise Paul Bley. Pour Face to Face (1995), Burton renoue avec le pianiste Makoto Ozone. Like Minds (1998) est le produit d'un super groupe qui mise sur les talents croisés de Chick Corea, Pat Metheny, Dave Holland et Roy Hanes. La même année paraît Astor Piazzolla, A Tango Excursion, consacré à la musique du maître argentin.

Nouveau millénaire, nouveaux projets

Sur For Hamp, Red, Bags, and Cal (2001), Burton rend hommage aux vibraphonistes Lionel Hampton, Red Norvo, Milt «Bags» Jackson et Cal Tjader. Mené de front avec Makoto Ozone, le projet Virtuosi (2002) est consacré à la musique classique (Brahms, Ravel, Barber, etc.). Les deux musiciens l'offrent aux festivaliers montréalais l'année suivante.

Après avoir pris sa retraite de Berklee en 2003, Burton assemble un groupe de jeunes loups - parmi lesquels le guitariste Julian Lage - et part en tournée. La formation enregistre Generations (2003) et Next Generation (2004).

En 2009, le vibraphoniste débarque au Festival avec le Gary Burton Quartet Revisited, composé de Pat Metheny, Steve Swallow et Antonio Sanchez à la batterie. Le groupe fait paraître le disque Quartet Live. La même année paraît le double disque live The New Crystal Silence, enregistré avec Chick Corea.

Le New Gary Burton Quartet voit le en 2010. Cette fois, le vibraphoniste s'entoure de Julian Lage, d'Antonio Sanchez et du bassiste Scott Colley. La même année, Burton est fêté lors d'un grand concert visant à souligner les 50 ans de son entrée à Berklee. John Scofield, Mick Goodrick, Donny McAslin, Makoto Ozone et Tiger Okoshi comptent parmi les musiciens invités.

Gary Burton

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo