Accueil > Artistes > Ben Harper

Ben Harper

1969 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Guitare acoustique/guitare électrique

Genres : Blues, Rock

Né en 1969 au sein d'un foyer de mélomanes, Ben Harper a été plongé tout jeune dans la marmite musicale. Le chanteur, compositeur et guitariste commence à jouer devant public à l'adolescence. Il ne mettra pas de temps, durant les années 1990, à se faire des légions d'admirateurs en Europe et en Australie. Il passe la décennie suivante à séduire son Amérique natale, ce qui lui vaut diverses statuettes et une quasi-résidence dans le top 10 du Billboard. Homme entier et authentique, Harper poursuit sa quête musicale, inspirée et inspirante, et porteuse d'un message social toujours pertinent.

BEN HARPER EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Né au sein d'un foyer de mélomanes, Ben Harper a été plongé tout jeune dans la marmite musicale. Le chanteur, compositeur et guitariste commence à jouer devant public à l'adolescence. Il ne mettra pas de temps, durant les années 1990, à se faire des légions d'admirateurs en Europe et en Australie. Il passe la décennie suivante à séduire son Amérique natale, ce qui lui vaut diverses statuettes et une quasi-résidence dans le top 10 du Billboard. Homme entier et authentique, Harper poursuit sa quête musicale, inspirée et inspirante, et porteuse d'un message social toujours pertinent.Ben Harper

Benjamin Chase Harper voit le jour le 28 octobre 1969 dans le sud de la Californie. Ses grands-parents, Charles et Dorothy Chase, fondent le Folk Music Center de Claremont, en 1958, phare culturel et pédagogique pour les musiciens de la région. Son père, Leonard, est percussionniste, et sa mère, Ellen, chanteuse.

C'est dans cet environnement fécond que Ben Harper goûte très jeune au rock, au folk, au blues et à bien d'autres genres encore. Il adopte bientôt la guitare slide acoustique, qui devient son instrument signature. Son brio impressionne le vétéran bluesman Taj Mahal, qui l'invite à l'accompagner en tournée. Les deux musiciens enregistreront la trame sonore du documentaire Follow the Drinkin Gourd en 1993.

Trajectoire ascendante

Après avoir signé un contrat avec Virgin Records, Harper lance son premier effort en 1994, dont il signe ou cosigne toutes les pièces sauf une. Très bien reçu par la critique, Welcome to the Cruel World annonce les couleurs de son créateur, qui n'hésite pas à donner à son art une portée sociale. Ainsi en est-il du titre final, I'll Rise, adaptation libre d'un poème de Maya Angelou.

Ben HarperLa même année, Harper fait sa première apparition au Festival International de Jazz de Montréal - sa première apparition dans un festival de jazz tout court... Notre homme assure la première partie du guitariste canadien Colin James. À son retour, en 1996, Harper tiendra le haut de l'affiche.

L'année 1995 le voit lancer son deuxième effort, Fight for Your Mind, certifié or et fort apprécié des radios universitaires. Sur quelques morceaux, comme God Fearing Man, Harper utilise la Weissenborn slide, sa guitare fétiche.

Lancé deux plus tard, The Will to Live révèle une facture blues plus rugueuse et bénéficie de l'apport des Innocent Criminels : le bassiste Juan Nelson, le batteur Dean Butterworth et le percussioniste David Leach donneront plus de profondeur et de tonus à la musique de leur leader.

Du progrès en Amérique

C'est armé de ce nouvel album et flanqué de ses nouveaux amis que Harper, « à la demande générale », rend sa troisième visite au Festival en 1997. Il partage l'affiche avec le bluesman R. L. Burnside. Déjà très populaire Europe et en Australie, le guitariste voit sa cote monter en Amérique.

Avec son quatrième disque, Burn to Shine (1999), Harper élargit son public. Celui-ci adopte les singles Steal My Kisses et Suzie Blue et apprécie la polyvalence dont fait preuve le musicien, qui touche aussi bien à la culture beatbox qu'au jazz des années folles. À cette époque, Harper prête régulièrement ses services à d'autres musiciens et partage l'affiche avec une brochette d'artiste qui va de Radiohead à Marilyn Manson sans oublier The Roots.

Après avoir lancé l'album double Live from Mars­ (2001) et Diamonds on the Inside (2003), Harper collabore avec l'ensemble vocal gospel Blind Boys of Alabama pour There Will Be a Light (2004).

Deux ans plus tard, l'album double Both Sides of the Gun fait son entrée dans le palmarès Billboard en septième place. On y retrouve notamment l'épique Serve Your Soul, un morceau explosif de huit minutes que Harper a enregistré avec le guitariste Jason Mozersky, le bassiste Jesse Ingalls et le batteur Jordan Richardson.

Les trois musiciens adoptent le nom Relentless7 et collaborent au disque suivant, White Lies for Dark Times, qui paraît en 2008. La formation accompagne Harper au Festival l'année suivante pour livrer le concert de clôture de la 30e edition. Cette performance mémorable est immortalisée par un disque qui sera commercialisé en 2010.

À la même époque, Harper endisque et se produit en spectacle avec Joseph Arthur et Dhani Harrison, fils de George, sous la bannière Fistful of Mercy.

Pour Give Till It's Gone, lancé en 2011, Harper fait de nouveau appel à Relentless7. Le musicien peut aussi compter sur la contribution de Ringo Starr et de James Taylor.

En 2012, le musicien se produit en solo à la Maison symphonique de Montréal dans le cadre de Jazz à l'année. Il débute 2013 en faisant paraître Get Up!, un disque conçu en collaboration avec l'harmoniciste Charlie Musselwhite.

Ben Harper

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo