Accueil > Artistes > The Manhattan Transfer

The Manhattan Transfer

Origine : États-Unis

Genres : Jazz, Jazz vocal, Pop

The Manhattan Transfer voit le jour à New York à la fin des années 1960. Le quatuor vocal new-yorkais prend son envol quelques années plus tard lorsque le membre original Tim Hauser s'associe aux chanteurs Janis Siegel, Alan Paul et Laurel Massé - remplacée par Cheryl Bentyne en 1979. À cette époque, la formation remporte un indéniable succès populaire grâce à son répertoire éclaté, qui mélange jazz, pop et variété, en plus de remettre au goût du jour certains courants musicaux oubliés. The Manhattan Transfer continuera par la suite d'élargir ses horizons, s'intéressant notamment à la musique brésilienne, au swing et à la chanson pour enfants. En 2010, le groupe reçoit le Prix Ella-Fitzgerald du Festival International de Jazz de Montréal. 

THE MANHATTAN TRANSFER EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

The Manhattan Transfer voit le jour à New York à la fin des années 1960. Le quatuor vocal new-yorkais prend son envol quelques années plus tard lorsque le membre original Tim Hauser s'associe aux chanteurs Janis Siegel, Alan Paul et Laurel Massé - remplacée par Cheryl Bentyne en 1979. À cette époque, la formation remporte un indéniable succès populaire grâce à son répertoire éclaté, qui mélange jazz, pop et variété, en plus de remettre au goût du jour certains courants musicaux oubliés. The Manhattan Transfer continuera par la suite d'élargir ses horizons, s'intéressant notamment à la musique brésilienne, au swing et à la chanson pour enfants. En 2010, le groupe reçoit le Prix Ella-Fitzgerald du Festival International de Jazz de Montréal. 

Correspondance pour ManhattanManhattan Transfer

Assemblée en 1969, la première mouture du Manhattan Transfer exploite le même créneau folk-pop que des formations comme Spanky & Our Gang et Dan Hick and His Hot Licks. De son époque dite « hippie » restera un disque, Jukin' (1971), réunissant 10 pièces dont Java Jive, qui refera surface quatre ans plus tard, et You're a Viper, de Fats Waller, interprétée par Tim Hauser.

C'est ce dernier qui, en 1972, se charge de relancer le groupe avec du personnel neuf. Complété par Laurel Massé, Janis Siegel et Alan Paul, le Manhattan Transfer 2.0 se produit bientôt dans certains des cabarets les plus branchés de New York.

Après avoir signé un contrat avec Atlantic, les quatre musiciens font paraître un disque éponyme début 1975. L'œuvre est conçue avec le concours des jazzmen Zoot Sims, Randy Brecker et Mel Davis. Sur la foi du succès remporté par le 45-tours Operator, le quatuor est invité sur le plateau de diverses émissions de télé. Dans la foulée, il se fait offrir son propre show de variété à CBS, qui prend l'affiche durant l'été qui suit.

Lancé en 1976, le disque Coming Out est de facture plus pop. On y retrouve le succès Chanson d'amour, numéro 1 en France et en Angleterre. La suite, Pastiche, contient notamment une reprise de Where Did Our Love Go, des Supremes.

RenouveauManhattan Transfer

En 1978, Laurel Massé est remplacée par Cheryl Bentyne, qui faisait partie de The New Deal Rhythm Band. La nouvelle recrue se fait entendre sur l'album Extensions, lancé en 1979. Deux extraits se démarquent dans les palmarès : Twilight Zone/Twilight Tone et Birdland, reprise de la pièce de Weather Report.

 La suite, Mecca for Moderns (1981), cartonne avec l'aide du simple The Boy from New York City. Le disque rapporte au groupe une paire de prix Grammy, l'un en jazz, l'autre en pop. Bodies and Souls suit deux ans plus tard, suivi de Man-Tora! Live in Tokyo, enregistrement public lancé en 1984.

Avec Vocalese (1985), The Manhattan Transfer récolte 12 nominations au gala des prix Grammy. Ce disque hommage au célèbre chanteur Jon Hendricks - lui-même mis à contribution - est enregistré avec l'aide de Dizzy Gillespie, Bobby McFerrin, McCoy Tyner et le Count Basie Orchestra, sous la direction de Thad Jones.

Changement de cap deux ans plus tard : Brasil met en valeur la musique de musiciens brésiliens moins connus du grand public, tels Djavan et Ivan Lins. On peut entendre les fruits de ce disque au Festival International de Jazz de Montréal, en 1988.

Laboratoire musical

Au cours des années 1990 et 2000, Hauser, Siegel, Paul et Bentyne poursuivent leurs expériences stylistiques. Ils lancent ainsi un disque de Noël (The Christmas Album, 1992), un album de musique pour les tout-petits (The Manhattan Transfer Meets Tommy the Tuba, 1994), une collection de morceaux datant de la belle époque du swing (Swing, 1997) et un hommage à l'œuvre de Louis Armstrong (Spirit of St. Louis, 2000).

L'éclectique Vibrate (2004) comprend chansons empruntées au Montréalais d'origine Rufus Wainwright. La compilation double The Definitive Pop Collection (2006) fait le point sur 30 ans de carrière.

En 2009, The Manhattan Transfer fait paraître The Chick Corea Songbook, un album consacré à la musique du réputé pianiste et compositeur américain. En plus d'offrir l'inédite Free Samba, Corea participe à l'enregistrement.

L'année suivante, à l'occasion de sa sixième visite au Festival, le groupe se voit remettre le Prix Ella-Fitzgerald, qui souligne la portée, la flexibilité et l'originalité de l'improvisation et la qualité du répertoire d'une chanteuse ou d'un chanteur de jazz de stature internationale.

Manhattan Transfer

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo