Accueil > Les Amis du Festival > Souvenirs des Amis du Festival > Souvenir du Festival de François Guay

Souvenir du Festival de François Guay

François Guay

Toutes ces ambiances à chaque soir de Festival!
2010
François Guay (Montréal)

Chaque jour de Festival est un festival complet en soi quand on s'y met vraiment. Toute une succession d'ambiances dans un périmètre si compact! Cela commence à l'arrivée sur le site, en fin d'après-midi: il fait chaud, les familles et les travailleurs du centre-ville en goguette s'enjouent des animations d'après-midi, en attendant la Parade du Festival. C'est amusant de la suivre, cette parade: on fait des clins d'œil aux musiciens qu'on connaît, on s'amuse de leurs costumes inhabituels... Mais les concerts de soirée arrivent bientôt, il faut se trouver un coin-resto vite fait avant la cohue des dîneurs... D'une des terrasses-resto du Festival, on distingue un concert tout près qui se mélange à l'écho distant d'un autre...

S'il fait vraiment chaud, il faut aller à la Cinémathèque Québécoise, se climatiser un début de soirée dans la touffeur des sièges ergonomiques pour voir sur écran les prestations des grands disparus.

Mais voilà dix-huit heures, et les choses sérieuses commencent: les premiers concerts en salle. Toutes ces salles ont leur atmosphère, leur public, leur couleur musicale. Les salles intimes, tout d'abord. le Gésu, où l'on présente en concert des artistes québécois, puis européens. l'Astral, la version cabaret du Gésu. La Chapelle historique du Bon-Pasteur, idéale pour le pano solo. Le Musée d'art contemporain aussi, la mecque du jazz en cave l'Upstairs. Le Savoy du Métropolis, la plus petite des salles et pourtant si chaleureuse, où se fait tant de découvertes. La Cinquième Salle pour ses grands guitaristes...

Puis, les salles intermédiaires. Le théatre Jean-Duceppe, le théatre du Nouveau Monde: ambiance concert de classe qui reste intime. Les grandes salles de concert, Maisonneuve et Wilfrid-Pelletier, pour voir les grands noms et aussi y être vu...

Et les lieux de party: le Club Soda et le Métropolis, où se joue les plus grandes messes fêteuse du Festival. Pour finir, une curiosité du Festival 2010: l'Église St-James et son grand orgue!

A chaque fois que l'on entre dans une de ces salles, voilà une ambiance différente: feutrée ou fébrile, torride ou fraiche, mondaine ou canaille. Chacune a ses gens qu'on y retrouve à chaque passage.

Et puis, il faut bien passer d'une salle à l'autre! Alors, pour quelques instants, c'est le bain de foule, le temps d'un hot-dog et une bière sur le pouce. Souvent on y voit un bout de spectacle extérieur qu'on quitte à regret, puisqu'on est attendu dans une autre salle!

Et puis à minuit, minuit-et-demie, si on n'est pas trop crevé: on s'en va à l'Astral, ou sont présentés cette année les Jam du Festival.

Ouf!

Mise en ligne : 2010-06-03

Autres souvenirs des Amis du Festival  Autres souvenirs des Amis du Festival

Partager un souvenir, c'est simple et rapide ! Rédigez un court texte sur un beau moment, publiez vos plus belles photos d'ambiance ou partagez une vidéo.

Partagez des photos, une vidéo amateur ou un court texte

Participez !